Alertes sanitaires

CORONAVIRUS - COVID-19

[CHU de Bordeaux - Mairie de Bordeaux - CH Charles Perrens - Conseil national de l'Ordre des médecins (CNOM) - Agence Régionale de Santé de Nouvelle-Aquitaine (ARS-NA)]

CHU DE BORDEAUX - PLATEFORME VILLE HOP COVID- 19 - 4 mai 2020
MAIRIE DE BORDEAUX

Ci-dessous un document intitulé : "Ressources santé - soutien à la population" - 23 avril 2020
picture_as_pdfEn savoir +

CENTRE HOSPITALIER CHARLES PERRENS
COVIDPSY33 - 27 mars 2020
    Un dispositif départemental de soutien et d'accompagnement psychologique, appelé COVIDPSYS33, vient d'être mis en place, en Gironde, à destination :
    • De la population générale ;
    • Des professionnels de santé libéraux ;
    • Des professionnels de psychiatrie et de santé mentale ;
    • Des professionnels des établissements sociaux et médico-sociaux (avec une attention particulière pour les professionnels intervenant en EHPAD).
    0800 71 08 90
    Un autre dispositif de soutien et d'accompagnement psychologique, appelé CUMP33-PRO, est dédié à l'ensemble des professionnels de santé de 1ère et 2e lignes des établissements sanitaires de Gironde (urgence, réanimation, SAMU-Centre 15, infectiologie, etc.) :
    0800 719 912

    Ces 2 dispositifs sont ouverts du lundi au vendredi, de 10h à 18h.

    picture_as_pdfCUMP33-PRO    picture_as_pdfCONFINEMENT COVIDPSY33   picture_as_pdfAFFICHE COVIDPSY33   picture_as_pdfCUMP33-PRO HORS CHU

                                                                                 
     

    CNOM - Conseil national de l'Ordre des médecins
     

    L'Ordre des médecins, l'Ordre des infirmiers et Santé Publique France appellent les médecins et infirmiers qui le peuvent à rejoindre la Réserve sanitaire - 10 mars 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Coronavirus – premiers éléments de réponse aux médecins - 28 février 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    ARS NA - Agence Régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine

    MEMO - suivi renforcé des patients covid-19 à domicile - 10 mai 2020
    picture_as_pdfMail   picture_as_pdfNote

         
          Mémo-ARS / Covid 19 : renforcement de l'accès à la naloxone pour les usagers à risque de surdose d'opioïdes et leur entourage
    - 3 mai 2020

    Usage des médicaments pour le soulagement symptomatique en situation palliative (y compris les pratiques sédatives) - 2 mai 2020
    picture_as_pdfE-news CDOM 33  picture_as_pdfPréconisations Utilisation Molécules  picture_as_pdfFiche conseil Dyspnée Asphyxie   picture_as_pdfMédicaments soins palliatifs OMEDIT    picture_as_pdfMidazolam et EDL                          

    Mail de M. le Directeur de la Santé Publique et Environnementale - ARS-NA - 4 mars 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Consignes d'utilisation des masques - 2 mars 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Consignes d'orientation pour toute personne se présentant en consultation - 28 février 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Affiche CORONAVIRUS - COVID 19 - 27 février 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Message sur les difficultés d'approvisionnement en masques - 2 mars 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Pour se protéger et protéger les autres - 2 mars 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Mail de M. le Directeur de l'ARS-NA - 27 février 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Définition de cas d'infection au SARS-CoV-2 (COVID-19) - 26 février 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Zones d'exposition à risque - 26 février 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    Communiqué de presse Coronavirus - 25 février 2020picture_as_pdfEn savoir +

    Guide méthodologique COVID 19 - 20 février 2020
    picture_as_pdfEn savoir +

    CHU de BORDEAUX
    Bulletin d'addictovigilance : Augmentation des complications sanitaires graves liées à la consommation de cocaïne - 12 juin 2019

    CNOM - Conseil national de l'Ordre des Médecins

    Message d'alerte rapide sanitaire - 7 février 2019

    Recommandations de prise en charge des patients durant l'épidémie de grippe saisonnière
    La co-circulation des virus A(H3N2) et A(H1N1) engendre un nombre important de passage aux urgences pour syndrome grippal, cette semaine ce nombre a augmenté de plus de 70 % par rapport à la semaine dernière. Le nombre d'hospitalisations pour grippe est aussi en progression importante (plus de 42 % par rapport à la semaine précédente) avec un nombre élevé de cas graves admis en réanimation.
    Dans ce contexte, la Direction générale de la Santé a diffusé aux établissements de santé un message MARS (consultable ici) afin de rappeler les recommandations de prise en charge des patients durant l'épidémie de grippe saisonnière.
    Les recommandations détaillées dans ce message relatives aux mesures de protection en mileu de soins et à l'utilisation ciblée des antiviraux sont d'application majeure par l'ensemble des médecins des secteurs hospitalier, ambulatoire et médico-social afin d'éviter la transmission de la grippe.
    Il vous est demandé également de contribuer à la promotion auprès des patients des gestes simples et efficaces permettant de limiter la transmission des virus de la grippe saisonnière.

    Message d'alerte rapide sanitaire - 13 décembre 2018

    Le Conseil départemental de la Gironde de l'Ordre des médecins vous informe qu'il est demandé aux services des accueils des urgences, aux unités de soins intensifs et aux services de réanimation des hôpitaux de "communiquer sans délais à la Sous-Direction Anti-Terroriste (SDAT) tous les éléments en votre possession concernant un individu blessé par arme à feu admis dans un service hospitalier."


    En effet, le 3° de l'article 226-14 du Code pénal prévoit que le médecin est autorisé à déroger au secret en informant les autorités du caractère dangereux des patients connus pour détenir une arme ou qui ont manifesté l'intention d'en acquérir une.

    Toutefois, il convient de noter que cette dérogation légale ne permet qu'une révélation précise : un patient dangereux pour lui-même, qui est connu pour détenir une arme ou qui a manifesté l'intention d'en acquérir une.

    Ainsi, le médecin doit se limiter à une information "nécessaire, pertinente et non excessive", il demeure tenu par l'obligation du secret pour tout ce qui n'est pas prévu par l'article 226-14 du Code pénal.
     
    Tensions d'approvisionnement en vaccin Hépatite A - Modification de la stratégie vaccinale - 31 mai 2016

    Le Professeur Benoît VALLET, Directeur  général de la santé, suite aux tensions d'approvisionnement des vaccins contre l'Hépatite A, nous informe de la modification de la stratégie de vaccination contre l'Hépatite A.
    Les informations sur la disponibilité des vaccins sont en ligne sur le site de l'ANSM :
    CONSULTER
     
    Dans ce contexte, la DGS modifie transitoirement la stratégie de vaccination en s’appuyant sur descriptionl’avis actualisé  du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) du 19 mai 2016 qui recommande :

    • de n’effectuer qu’une seule dose pour les nouvelles vaccinations ;
    • de ne pas faire de rappel pour ceux qui ont déjà reçu une dose, même s’ils sont à nouveau en situation d’exposition (sauf pour les personnes immunodéprimées) ;
    • de vacciner, en priorité :
      • les enfants à partir de l’âge de 1 an, qui vont se rendre dans un pays de haute endémicité
      • les personnes de l’entourage d’un ou plusieurs cas confirmés conformément aux recommandations inscrites au calendrier vaccinal :
        • en milieu familial ;
        • en collectivités.
      • les voyageurs SI les conditions de leur séjour les exposent à un risque élevé de contamination,
      • les personnes immunodéprimées exposées ;
    • de pratiquer une sérologie préalable prouvant l’absence d’immunisation :
      • chez les personnes atteintes de mucoviscidose et/ou atteintes de pathologies susceptibles d’évoluer vers une hépatopathie chronique,
      • chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes,
      • chez les adultes nés avant 1945.
    • l’utilisation de doubles doses de vaccin pédiatrique pour vacciner les adultes est déconseillée

     
    Ces recommandations seront actualisées en fonction de la disponibilité des vaccins.
    Ses services, en lien avec l'ANSM, continuent de suivre attentivement la situat

    Procédure à suivre en cas de suspicion d'un cas EBOLA - 15 octobre 2014

    En savoir + : Fiche d'information, destinée aux médecins, qui a été élaborée conjointement par le Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM) et les services de la DGS en charge de ce dossier. Cette fiche contient les éléments d'information indispensables pour connaître la conduite en cas de suspicion d'un cas EBOLA au sein de sa patientèle.
    Par ailleurs, des documents sont téléchargeables sur le site internet du Ministère de la Santé, qui peuvent être affichés dans les cabinets médicaux et les établissements qui reçoivent des patients. Cette affiche a aussi été traduite en anglais pour en faciliter la compréhension par certains patients.
    Dans tous les cas :
    > Appeler le centre 15 où vous serez mis en rapport avec le médecin régulateur SAMU
    > Ne jamais envoyer un cas suspect de maladie à virus EBOLA aux urgences

    ARS Nouvelle-Aquitaine - Agence régionale de Santé Nouvelle-Aquitaine

         Naufrage du navire "Grande America" dans le golfe de Gascogne :
         consignes en cas de contact cutané ou oculaire avec un polluant issu de ce naufrage - 25 mars 2019
         Baignade et activités en eau douce : Comment se protéger de la leptospirose ? - 22 juin 2018

    Message adressé aux médecins généralistes :

    Vous voudrez bien trouver ci-dessous le communiqué de presse de l'ARS relatif à la leptospirose et à sa prévention :
    picture_as_pdfEn savoir +

    Épidémie de Rougeole sur la Région - 29 janvier 2018

    Message adressé aux médecins libéraux et en particuliers les pédiatres libéraux :

    Chères Consœurs, Chers Confrères,
    Mesdames, Messieurs,

    Plus d’une centaine de cas de rougeole ont été identifiés à ce jour dans notre région, essentiellement sur la métropole bordelaise et en périphérie de Poitiers, et ce depuis le mois de novembre 2017.

    Afin d’être le plus réactif face à cette épidémie, nous demandons aux médecins de transmettre rapidement la Déclaration Obligatoire à l’ARS, par mail sur mail_outlinears33-alerte@ars.sante.fr ou fax 05 67 76 70 12 et ceci sans attendre la confirmation biologique.

    Vous trouverez ci-dessous :

    Vous trouverez les informations et plaquettes destinées au grand public sur le languagesite de l’ARS Nouvelle Aquitain

    Les services de l’ARS et de Santé Publique France sont mobilisés afin de gérer cette épidémie.

    Sachant compter sur l'engagement de chacun, avec une nécessaire approche collective dans la gestion de cette épidémique, nous restons à votre écoute,

    Bien cordialement,

    Dr. Pascal FABRE
    Responsable Cellule de Veille d’Alerte et Gestion sanitaire
    Direction de la Santé Publique

    Agence Régionale de Santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine
    103 bis rue Belleville - CS 91704 - 33063 Bordeaux Cedex

    languagewww.ars.nouvelle-aquitaine.sante.fr

    Épidémie de Rougeole - 19 janvier 2018

    Nous souhaitons attirer votre attention sur l’épidémie de rougeole qui sévit depuis novembre sur la communauté urbaine de Bordeaux et qui pourrait s’étendre sur tout le département de la Gironde.
    Dans ce type d’épidémie, les sujets trop jeunes pour être vaccinés (nourrissons < 1an) ou ayant une immunité affaiblie (femmes enceintes, patients immunodéprimés) sont particulièrement à risque de complications.

    « En région Nouvelle-Aquitaine, entre le 1er novembre 2017 et le 18 janvier 2018, 94 cas de rougeole ont été déclarés, tous domiciliés en Gironde. Parmi ces cas, 28% ont été hospitalisés et parmi les cas pour lesquels le statut vaccinal était renseigné, 84% n’avaient pas été vaccinés. Plus de la moitié des cas (53%) sont survenus dans un contexte de cas groupés (université, hôpital, école, gens du voyage). Au vu de la date d'éruption des derniers cas recensés, de nouveaux cas restent possibles et la vigilance reste de mise dans votre patientèle »
    Vous trouverez ci-après des liens vers :

    - une plaquette à destination des professionnels de santé portant sur la vaccination : add_locationen savoir +

    - une courte vidéo reprenant l’essentiel des informations relatives à la rougeole : add_locationen savoir +

    - le communiqué de presse de l’ARS sur cet épisode en date du 11 janvier 2018 :add_locationen savoir +

    Bulletin de veille sanitaire (BVS) n° 6 de la Cire Nouvelle Aquitaine sur le bilan régional 2015 du VIH et des IST (Syphilis et Gonococcie) - 1er décembre 2016


    A l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le sida, veuillez trouver ci-joint ledernier Bulletin de Veille Sanitaire (BVS) présentant le premier bilan régional de la surveillance de l’infection à VIH et des IST (syphilis et gonococcie) pour 2015. Ce BVS sera prochainement mis en ligne sur le site de Santé publique France.
    Pour en savoir plus sur le bilan national 2015, veuillez cliquer sur le lien suivant : http://www.santepubliquefrance.fr/Actualites/Journee-mondiale-de-lutte-contre-le-sida-1er-decembre-2016.
    En savoir + Bulletin de veille sanitaire n° 6 - Décembre 2016 : Le VIH et les infections sexuellement transmissibles en Nouvelle-Aquitaine

    Bulletin de veille sanitaire (BVS) n° 4 de la Cire ALPC sur le bilan 2015 des Légionelloses - 28 septembre 2016


    Vous trouverez ci-dessous le Bulletin de veille sanitaire (BVS) de la Cire ALPC (Cellule d'Intervention en Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes) sur le bilan annuel 2015 des Légionelloses.
    En savoir + : Bulletin de veille sanitaire n° 4 - Septembre 2016 : La légionellose en Nouvelle-Aquitaine

    Moustique tigre transmetteur des virus Chikungunya, Dengue et Zika en Gironde - 24 mai 2016

    Le département de la Gironde est classé au niveau 1 du plan antidissémination chikungunya, dengue et zika dans la mesure où le moustique-tigre qui est le vecteur de ces maladies y est implanté.
    Aussi à titre de prévention, un dispositif de surveillance renforcée des cas suspects de chikungunya, de dengue et de zika est mis en place.
    Il s'agit pour vous de signaler à l'ARS sur la bal ars33-alerte@ars.sante.fr ou par fax au 05 67 76 70 12 tous les cas suspects en complétant une fiche de signalement dès la suspicion clinique sans attendre le résultat des analyses de laboratoire.
    Aussi, veuillez trouver un courrier s'y rapportant accompagné de la fiche de signalement et l'affiche sur la conduite à tenir devant des cas suspects ou confirmés de chikungunya, de dengue et de zika.
    Nous vous indiquons également les liens vers les documents « Repères pour votre pratique » de l'INPES :
    picture_as_pdfDocument 1
    picture_as_pdfDocument 2
    languageSite   
    En vous remerciant de votre implication.

    Campagne "Coupez l'eau aux moustiques !" - 20 mai 2016


    Une campagne d’information et de sensibilisation est proposée par l’ARS Aquitaine Limousin Poitou-Charentes et l’ensemble des partenaires concernés pour faire connaître les bons gestes à adopter pour éviter la propagation du moustique tigre.

    Pourquoi lutter contre ce moustique ?
    Le moustique tigre peut, dans certaines conditions très particulières*, être vecteur des virus du Chikungunya, de la Dengue et du Zika. Même s'il n'existe pas d'épidémie de ces maladies actuellement en France métropolitaine, la vigilance de chacun est précieuse pour limiter les risques :

    • Eviter la prolifération des moustiques potentiellement vecteurs de ces maladies (en éliminant les eux stagnantes ou réservoirs d’eau où le moustique se reproduit),
    • Se protéger contre les piqûres de moustiques (particulièrement lors de voyages dans des zones où le moustique tigre est présent).

    * L’apparition de cas en métropole nécessite qu’un moustique tigre pique un malade revenant d’un pays où sévissent ces maladies et transmette le virus lors d’une 2ème piqûre à une personne saine.

    Zoom sur le moustique tigre

    Le moustique Aedes albopictusplus communément appelé « moustique tigre » en raison de ses zébrures, est un moustique d'origine tropicale. Il est de petite taille, environ 5 mm. Son expansion est mondiale, favorisée par le développement des transports internationaux, et touche de nombreux départements français. En région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, l’implantation du moustique tigre est confirmée en Gironde, en Dordogne, dans le Lot-et-Garonne, les Landes et les Pyrénées-Atlantiques.

    Campagne « Coupez l’eau aux moustiques ! »  à télécharger

    En savoir + : Arcticle clé en main - Affiche - Carte postale - Check-list : comment supprimer les gîtes larvaires chez soi ?
    Cliquez ici pour plus d’informations sur le moustique tigre et sur cette campagne d’information.

    Campagne de prévention destinée aux voyageurs
    En savoir + :
    Affiche "Vous partez dans une région où des cas de chikungunya, dengue ou zika ont été signalés"
    Affiche "Vous revenez d'une région où des cas de chikungunya, dengue ou zika ont été signalés"
    Dépliant "Chikungunya, dengue, zika : voyagez en adoptant les bons gestes"
    Affiche "Comment prévenir une épidémie de chikungunya ou de dengue ?"
    Cliquez ici pour plus d’informations sur les conseils aux voyageurs.

    Nouvelle définition de cas InVS - 13 août 2015

    Dans le cadre de la surveillance des infections liées au MERS-CoV, nous vous prions de bien vouloir trouver ci-jointe la nouvelle définition de cas de l'InVS en date du 13 août 2015 (les modifications de la définition de cas par rapport à celle du 11 juin 2015 concernent la suppression de la notion de patients ayant séjourné dans les établissements de santé de Corée du Sud).
    En savoir +

    Recommandations concernant la prise en charge de cas suspects de maladie à virus EBOLA - 7 août 2014

    L’épidémie de maladie à virus Ebola progresse de façon significative en Afrique de l’Ouest.
    Le risque d’importation du virus Ebola, par le biais des voyageurs au sein de l’Union européenne ou en France, reste faible mais ne peut être exclu. Cette situation sanitaire inédite et grave accroit ainsi la possibilité d’avoir à gérer des cas suspects et requiert en conséquence une vigilance accrue de la part des professionnels et des établissements de santé.
    Les mesures de prévention déjà décrites restent applicables en particulier se protéger des contacts avec le sang, les tissus ou les liquides biologiques (pas de contamination aérienne).
    La direction générale de la santé vous rappelle qu’un cas suspect, selon l’Institut de veille sanitaire, est défini comme toute personne présentant, dans un délai de 21 jours après son retour de la zone à risque (Sierra Leone, Guinée Conakry, Libéria et Nigéria), une fièvre supérieure ou égale à 38,5°C.
    Si vous êtes en présence d’un cas suspect, après avoir mis en place les mesures barrières (isolement, port d’un masque chirurgical par le patient…), appelez immédiatement le SAMU-Centre 15 qui en lien avec l’Agence régionale de santé (ARS) et l’Institut de veille sanitaire (InVS) mèneront une évaluation épidémiologique du cas (exclusion ou classement en cas possible).
    Si le cas est classé comme possible, le SAMU prendra en charge le patient qui sera dirigé vers l’établissement de santé de référence (ESR) désigné pour prendre en charge spécifiquement ce type de patient.
    Pour votre information, depuis le 31 juillet 2014, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international recommande aux Français de suspendre, sauf raison impérative, tout projet de voyage dans les pays où des cas de fièvre hémorragique à virus Ebola sont avérés (Guinée, Sierra Leone, Libéria, Nigéria).
    Vous pourrez trouver des informations complémentaires sur le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé : http://www.sante.gouv.fr/epidemie-d-ebola-en-afrique-de-l-ouest-le-point-sur-les-mesures-des-autorites-sanitaires.html, le point épidémiologique sur le site de l’Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Fievre-hemorragique-virale-FHV-a-virus-Ebola/Fievre-hemorragique-virale-FHV-a-virus-Ebola-Point-de-situation-au-29-juillet-2014 et les conseils aux voyageurs sur le site du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/infos-pratiques-20973/article/virus-ebola-guinee-forestiere
     
    15 octobre 2014 : Instruction ministérielle sur les modalités de prise en charge des patients pour des cas suspect de maladie à fièvre EBOLA (FHV)
    Documents actualisés qui peuvent être également trouvés sur le site du ministère : http://ebola.sante.gouv.fr
    Fiche professionnels de santé en ambulatoire - Fiche le point sur EBOLA - Affiche EBOLA
     
    24 octobre 2014 : Ci-joint la présentation concernant la gestion d’un cas pour suspicion de fièvre EBOLA, faite par le Dr Michel THICOIPE, SAMU 33, lors de la réunion du groupe technique du Réseau Territorial des Urgences de la Gironde du 23 octobre 2014.
    De plus, vous trouverez ci-après, le lien vous permettant d'accéder au site du ministère de la santé à ce sujet : http://ebola.sante.gouv.fr/
    Nous vous rappelons que les établissements disposant d'un service d'accueil des urgences (S.A.U) doivent avoir réalisé un exercice au plus tard dans les huit jours qui suivent.
    De plus, conformément aux différents messages MARS qui vous ont été adressé par le CORRUS, les établissements doivent mettre en place les formations de leur personnel ainsi que les actions d'information auprès de leurs différentes instances.
    Un point sur la réalisation de ces mesures devra être adressé à l'ARS sur la boite mail de la plateforme régionale de veille et d'urgence sanitaire : ars33alerte@ars.sante.fr
     
    10 novembre 2014 : http://ebola.sante.gouv.fr/professionnels-de-sante/
     
    30 décembre 2014 : Veuillez trouver l'avis du HCSP du 9 décembre 2014 relatif aux équipements de protections individuels dans le cadre de la prise en charge de patients suspects, possibles ou confirmés de maladie à virus Ebola (MVE).
     
    20 janvier 2015 : Mise à jour de la définition de cas en ligne sur le site de l'InVS http://www.invs.sante.fr/Dossiers-thematiques/Maladies-infectieuses/Fievre-hemorragique-virale-FHV-a-virus-Ebola
    La zone à risque au 18/01/2015 n'intègre plus le District de BAMAKO (Mali)
    Surveillance des infections à virus Ebola - Définition de cas au 19 janvier 2015
     
    Dans tous les cas :
    > Appeler le centre 15 où vous serez mis en rapport avec le médecin régulateur SAMU
    > Ne jamais envoyer un cas suspect de maladie à virus EBOLA aux urgences

    Message important adressé aux médecins - 2014

    Nous vous rappelons l’importance de s’inscrire à « DGS-URGENT » compte-tenu des informations spécifiques et actualisées qui vous sont adressées, notamment les alertes sanitaires.
    Inscrivez-vous à la lettre d'information
    Les messages « dgs-urgent » sont émis depuis une boîte à lettres 'DGS-URGENT@dgs-urgent.sante.gouv.fr'.
    Pour vérifier qu'ils ont bien été émis par une personne autorisée du ministère de la santé, consultez la liste des messages, disponible sur le site Internet du ministère.
    Pour y accéder, https://dgs-urgent.sante.gouv.fr/

    DGS - Direction générale de la Santé

    Alerte sanitaire la Bilharziose - 16 juin 2014

    Remplir le contenuRecommandations de diagnostic et de prise en charge des personnes potentiellement exposées à la bilharziose après baignade dans la rivière Cavu (Corse du Sud) : cliquer ici pour avoir accès au document qui possède deux pièces jointes :
    le message d'alerte rapide sanitaire (MARS)
    la fiche de signalement des cas confirmés